CONCEPTION PAR LE CLIMAT
CONSULTANT & DESIGNER EN



Comment l’urbanisme permettait-il de se protéger du « vent qui rend fou » ?



Illustration


Le Sud de la France est régulièrement touché par des épisodes de mistral, parfois particulièrement intenses et violents.

En février 2023, des rafales avaient notammenté été mesurées à près de 110 km/h à Arles et à Avignon par Météo France.

Le mistral est un vent du nord souvent présenté comme un « vent qui rend fou » dans la culture populaire en Provence de par son intensité, la durée des épisodes et l’inconfort qu’il génère.

Au Moyen-Age, le plan des villes provençales exposées était conçu pour réduire l’effet du mistral et le désagrément des piétons.

Les rues médiévales d’Avignon orientées selon l’axe nord-sud formaient toujours des chicanes, qui créent des turbulences qui permettent de limiter la canalisation du mistral (en haut sur le plan).

A l’inverse, les rues plus récentes et créées à l’époque moderne avec la même orientation sont parfaitement rectilignes et produisent logiquement un inconfort particulièrement désagréable en cas de mistral.

C’est notamment le cas de la rue de la République percée au XIXe siècle, conçue en dépit du bon sens pour accéder à la gare, et qui est complètement désertée par les piétons en cas d’épisode de vent fort (en bas sur le plan).

Encore un exemple qui montre que l’architecture et l’urbanisme vernaculaires illustrent parfaitement une conception bioclimatique.

Comment se fait-il que ces principes de conception aient été oubliés ?



Sources : C. Olivier, Ch. Peguy.

Image : C. Gaillard, plan d'Avignon intramuros à partir de Wikimedia.






Autres articles :

Tous les articles du blog